PHOTOVOLTAIQUE AGRICOLE

Blog d'information sur l'installation de panneaux photovoltaïques sur des hangars agricoles et bâtiments industriels (PME PMI).

13 février 2012

hangar gratuit au tarif PV 2012

Bonjour à tous les agriculteurs,

On me pose souvent cette question: "Peut-on financer un hangar avec les revenus du PV?"

Ma réponse est oui mais le problème c'est le financement. Un hangar de 900m² (650 m² au sud) bardé sur trois côté recouvert de 100 KWc en PV coûte environ 210 000€ Ht.

Le tarif d'achat PV en janvier 2012 est de 21,37cts/KWh. Dans le Sud-Ouest nous allons avoir une production de 1200H/KWc/an  soit 120000KWh donc un revenu brut d'environ 25 600€. Le revenu net sera d'environ 21 200€ donc l'installation se paie en 10 années si on a l'argent et en 13 ans si on fait un crédit.

J'ai fait la même simulation pour un bâtiment de 400m² (250m² au sud), le retour sur investissement est un peu moins bon. Le tarif d'achat est de 22,49cts/KWh mais le bâtiment est proportionnellement plus cher et il faudra environ 12 années si on a l'argent et en 15 ans si on fait un crédit.

Je n'ai pas fait de l'optimisation fiscale pour mes calculs car cela dépend de la situation de chaque exploitant mais le PV peut toujours financer le bâtiment

René

 

Posté par René CARACCIOLO à 12:22 - Commentaires [7] - Permalien [#]

24 juillet 2011

Tarif PV De juillet 2011

Voici les nouveaux tarifs, cela va être difficile de financer un hangar gratuit.

René

 

Type d'installation

Tarif d'achat prévu dans le nouveau dispositif pour les projets dont la demande complète de raccordement a été envoyée avant le 1er juillet 2011

Tarif d'achat prévu dans le nouveau dispositif pour les projets dont la demande complète de raccordement a été envoyée entre le 1er juillet 2011 et le 30 septembre 2011

Résidentiel

Intégration au bâti1

[0-9kWc]

46 c€/kWh

42,55 c€/kWh

 

[9-36kWc]

40,25 c€/kWh

37,23 c€/kWh

 

Intégration simplifiée2 au bâti

[0-36 kWc]

30,35 c€/kWh

27,46 c€/kWh

 

[36-100 kWc]

28,83 c€/kWh

26,09 c€/kWh

 
   

Enseignement ou santé

Intégration au bâti

[0-9kWc]

40,6 c€/kWh

36,74 c€/kWh

 

[9-36kWc]

40,6 c€/kWh

36,74 c€/kWh

 

Intégration simplifiée au bâti

[0-36kWc]

30,35 c€/kWh

27,46 c€/kWh

 

[36-100kWc]

28,83 c€/kWh

26,09 c€/kWh

 
     

Autres bâtiments

Intégration au bâti

[0-9kWc]

35,2 c€/kWh

31,85 c€/kWh

 

Intégration simplifiée au bâti

[0-36kWc]

30,35 c€/kWh

27,46 c€/kWh

 

[36-100kWc]

28,83 c€/kWh

26,09 c€/kWh

 
 

Tout type d'installation

[0-12 MW]

12,00 c€/kWh

11,688 c€/kWh

 

1 Une installation photovoltaïque sur toiture respecte les critères d’intégration au bâti si elle remplit toutes les conditions suivantes :

- Le système photovoltaïque est installé sur la toiture d’un bâtiment clos (sur toutes les faces latérales) et couvert, assurant la protection des personnes, des animaux, des biens ou des activités.

- Le système photovoltaïque remplace des éléments du bâtiment qui assurent le clos et couvert, et assure la fonction d’étanchéité. Après installation, le démontage du module photovoltaïque ou du film photovoltaïque ne peut se faire sans nuire à la fonction d’étanchéité assurée par le système photovoltaïque ou rendre le bâtiment impropre à l’usage.

- Pour les systèmes photovoltaïques composés de modules rigides, les modules constituent l’élément principal d’étanchéité du système.

- Pour les systèmes photovoltaïques composés de films souples, l’assemblage est effectué en usine ou sur site. L’assemblage sur site est effectué dans le cadre d’un contrat de travaux unique ;

2 Une installation photovoltaïque sur toiture respecte les critères d’intégration simplifiée au bâti si elle remplit toutes les conditions suivantes :

- Le système photovoltaïque est installé sur la toiture d’un bâtiment assurant la protection des personnes, des animaux, des biens ou des activités. Il est parallèle au plan de ladite toiture.

- Le système photovoltaïque remplace des éléments du bâtiment qui assurent le clos et couvert, et assure la fonction d’étanchéité.

 

Posté par René CARACCIOLO à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2011

Le photovoltaïque a-t-il de l'avenir?

Voici un résumé de l'entretien avec l'expert des hautes technologies Ray Kurzweil paru dans le monde.fr magazine du 25 mars 2011.

<<APRÈS LA TRAGÉDIE DE FUKUSHIMA, QUEL AVENIR POUR LE NUCLÉAIRE ? LE SOLAIRE…

Ingénieur reconnu pour ses réalisations en intelligence artificielle et dans la conception de logiciels, Ray Kurzweil est un expert écouté du futur des technologies.  Ray Kurzweil s’est fait connaître dans le monde entier par ses prédictions à contre-courant sur notre avenir technologique.

Ray Kurzweil a fait sensation fin février aux Etats-Unis, alors que le baril de pétrole passait au-dessus des 150 $, juste avant le tremblement de terre au Japon qui a mis fin aux rêves prométhéens du nucléaire, en déclarant qu’il ne se montrait « pas du tout inquiet » de la crise annoncée de l’énergie, ni du réchauffement planétaire. À l’entendre, les technologies solaires seront capables de pouvoir 100% des énergies dont le monde à besoin d’ici 20 ans. Le nucléaire et les énergies fossiles sont obsolètes.Entretien (paru dans le Monde Magazine, 25 mars)
 
-Pourquoi êtes-vous si sûr du succès de l’énergie solaire sur les autres sources d’énergie ?

- Si vous achetez un I-phone aujourd’hui, il  sera beaucoup plus élaboré que celui acheté deux ans auparavant, et coûtera 2 fois moins…

Or, nous assistons au même processus d’accélération avec l’énergie solaire. Elle se multiplie par 2 tous les 2 ans, et cela depuis 20 ans. Il suffit de regarder les courbes montrant la quantité d’énergie solaire produite. Elles doublent chaque année. Ensuite, si vous consultez celles des coûts du solaire par watt depuis 20 ans, vous verrez qu’elles baissent de plusieurs points tous les ans. Ces tendances encouragent déjà de nombreuses entreprises, des start-up qui espèrent en tirer des bénéfices futurs, tout en investissant dans la recherche de nouvelles techniques meilleur marché. Pour l’instant, l’énergie solaire a encore besoin de subventions gouvernementales, ou de régimes spéciaux, et la plupart des états les encouragent. Mais nous sommes à quelques années de la parité avec les autres sources d’énergie. Bientôt, beaucoup d’entrepreneurs s’y rallieront, même plus par souci de l’environnement, mais parce que cette énergie sera moins chère…

-Vous pensez qu’elle obéit à « la loi de la croissance exponentielle » repérée dans l’informatique par Gordon  Moore ?

-Je dirais plutôt à « la loi des retours accélérés ». Des laboratoires de recherche sur le solaire travaillent tout autour du monde, s’échangent leurs découvertes, mais le secteur profite aussi des retombées des recherches dans d’autres domaines, les nanotechnologies par exemple. C’est un phénomène irréversible. Vous remarquerez que la croissance exponentielle de l’informatique n’a pas été affectée par la Grand Dépression de 1929, IBM a été créé en 1924, ni par la dernière crise financière, Apple n’a jamais autant vendu d’I.Phone et d’I.Pad… La croissance de l’énergie solaire poursuit le même cours irrésistible. Le coût par watt de l’énergie solaire diminue de manière significative quelque soit la situation économique mondiale, et il va encore se réduire avec l’arrivée des nanotechnologies…

-Vous dites que le remplacement des autres sources d’énergie par le solaire prendra 20 ans. Cela semble rapide…

-Dans les vingt années qui viennent, nous allons augmenter notre consommation d’électricité, et nous allons avoir encore plus besoin d’énergie solaire, surtout avec la crise annoncée du nucléaire suite à la catastrophe japonaise. Au lieu de doubler chaque année, sa production va se multiplier encore par 2 les années à venir, tandis que des nouvelles technologies moins coûteuses vont être développées, des nouveaux producteurs se lancer, etc… D’ici 15 ans, nous aurons une multiplication par 8 chaque année. Voilà pourquoi je pense que d’ici 20 ans, nous pourrons alors satisfaire 100% de nos besoins en énergie grâce au solaire. L’opinion et les décideurs se désintéressent des technologies quand elles démarrent et n’apportent qu’un faible pourcentage de solution. Ils refusent de voir leur potentiel et leur croissance exponentielle. Sur le solaire, beaucoup d’experts disent qu’on manque et manquera d’énergie. Ce serait vrai en s’en tenant aux technologies du XIXe siècle. Mais le soleil nous inonde ! Quand j’ai exposé cette idée au premier ministre d’Israël, il m’a demandé « Aura-t-on assez de soleil ? ». Je lui ai répondu : «Mais nous en avons 10 000 fois plus que nous en avons besoin ». L’énergie du soleil  nous est donnée gratuitement, elle est plus propre que toutes les autres, nous savons comment la convertir, rien n’arrêtera ce processus.

-Pensez-vous que le tragique accident nucléaire au Japon annonce une nouvelle ère ?

- La production d’énergie nucléaire apparaît aujourd’hui comme une vieille technique industrielle ultra-centralisée, obsolète, et surtout très dangereuse. Si elle ne pollue pas à la façon des énergies fossiles, en émettant du CO2, elle présente le risque permanent de tourner au désastre comme hier à Three Mile Island, et aujourd’hui au Japon. Je déconseille à quiconque d’investir dans les nouvelles implantations nucléaires, qui, en plus d’être à haut risque, prennent beaucoup de temps à mettre en place. L’arrivée de l’énergie solaire va être beaucoup plus rapide, elle peut être mise en œuvre de façon décentralisée, propre, efficace, sans danger, renouvelable. Nous entrons dans une période d’intérim, où nous allons encore dépendre du pétrole, du charbon et du nucléaire, mais l’arrivée des énergies renouvelables, et d’abord du solaire, jusqu’à couvrir 100% des nos besoins ne prendra pas plus de 20 ans>>

Voila un homme censé!

Une nouvelle révolution industrielle arrive et il est désolant de voir nos gouvernants tergiverser sur l'utilité d'investir massivement dans le PV.

L'Allemagne ne se pose plus de question, elle a installé en une année 7 fois plus de PV que nous depuis le commencement. Le Japon va en faire de même et je suis persuadé que la France suivra car en plus d'une baisse importante du prix d'une installation photovoltaïque, EDF nous annonce des augmentations du prix de l'électricité.

René 


 

Posté par René CARACCIOLO à 20:26 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 janvier 2011

évolution des tarifs photovoltaiques

Cela bouge beaucoup en ce moment, les industriels sont mécontents et chacun y va de ses propositions.

La concertation sur le devenir du photovoltaïque en France, a recommencé cette année avec la réunion du 12 janvier consacrée aux parcs au sol et au résidentiel.

La concertation, menée par Messieurs Charpin et Trink, aura permis d’entendre une relative unanimité des acteurs de la filière, contre le canevas et les dispositions proposés par l’administration.

La question du plafonnement du marché à 50 MW par an, impacte directement tous les segments du marché. Surtout, ce plafond obère tout développement industriel français et va faire avorter un secteur industriel qui avait émergé depuis 2 ans. Ainsi, cette question du plafonnement du marché à 500 MW/an dont la remise en cause ne fait officiellement pas partie de l’agenda de la concertation, va-t-elle hanter toutes les réunions, celle du 12 et celles à venir, tant il est impossible d’imaginer une nouvelle régulation du secteur qui fasse abstraction des volumes nécessaires pour rendre l’industrie française compétitive. En suivant les dispositions préconisées par l’administration, nous sommes partis pour manquer le rendez-vous industriel de la parité réseau.

Lors de la réunion du 12 janvier, l’administration a présenté la fin du tarif d’achat pour les centrales au sol afin de les soumettre à un dispositif d’appels d’offres, ce que récusent quasiment toutes les organisations professionnelles du solaire et les ONG.

Pour le segment du résidentiel, si le déplafonnement de la limite de 3 kW est une bonne disposition, l’administration semble vouloir par cette voie, favoriser le segment de marché des petites installations au détriment des moyennes et grandes toitures (à partir de 16 kW), dont l’examen est prévu lors de la réunion de lundi 17 janvier. Ainsi, elle souhaite restreindre le marché des procédés intégrés au bâti au-delà de 16 kW. La limitation du marché résidentiel à 150 MW/an (-30% par rapport au marché 2010), ne posera pas un problème majeur en 2011 alors que le marché est complètement atone. En revanche, dès 2012 et au-delà, ce volume de marché contraint ne permet pas d’entamer la trajectoire du bâtiment à énergie positive. Le cumul d’un faible volume de marché et du fait de ne pouvoir privilégier le ”made in France” dans le tarif, sonne le glas pour l’industrie française pourtant très bien positionnée sur le marché résidentiel.

Si les cabinets ministériels sont absents de la concertation, le niveau politique est venu de la présence de parlementaires. Le député Serge Poignant, souhaite que le parlement soit impliqué dans cette concertation. S’il comprend la nécessité du moratoire, il souhaite néanmoins que le développement industriel et de la filière en aval soit au coeur de la préoccupation des travaux menés. De son point de vue, les quotas sont une mauvaise réponse, alors que le secteur a besoin de visibilité et non de barrières/plafonds. A l’unisson des professionnels, il a rappelé la nécessité de tenir compte de l’investissement de la collectivité nationale en millions d’euros, plutôt que d’une limite en MW, et a demandé de prévoir une sortie du moratoire pragmatique et juste, pour ne pas impacter trop négativement la filière.

source: Communiqué de presse du 14 janvier 2011 d’ENERPLAN

Le GPPEP  a été reçu par le gouvernement  et voici ses propositions :

1/ Plafonner le subventionnement de l’électricité photovoltaïque: Limitation de la quantité d’électricité subventionnée, pour une installation, à un volume de kWh produits/kWc posés, puis sur un tarif minimal. Ceci permet de limiter les gains financiers et d’éviter les spéculations, tout en garantissant une visibilité sur le long terme.

2/ Évolution de la limitation à 3 kWc: Le GPPEP propose de transformer la limite des 3 kWc pour les particuliers en une limitation basée sur la surface installée (100 m2 maxi). Cela permettrait d’augmenter le nombre d’installations chez les particuliers, donc les rentrées fiscales liées à la TVA, tout en réduisant le coût des installations, et donc le besoin en subventions, et accélérerait l’arrivée du point de parité réseau.

3/ Simplifier l’extension des installations existantes: Le GPPEP propose de faciliter l’extension des installations existantes, tant qu’elles respectent la surface maximum, tout en bénéficiant des nouveaux tarifs plafonnés au volume.

4/ La fin de l’intégré à la française: Simplification des tarifs d’achat en supprimant la notion d’intégré et de créer des tarifs en fonction de la puissance et de la situation: au sol ou en toiture. Ceci permet de diminuer le coût des installations, tout en les fiabilisant, et de réduire le besoin en subventions et la complexité des tarifs.

5/ La création d’un compte vert pour les travaux d’amélioration: Le GPPEP propose de travailler avec les organismes bancaires pour la création d’un compte vert sur lequel les revenus d’achat de l’électricité seraient versés: pour rembourser l’installation et pour réaliser des travaux d’amélioration énergétique de l’habitation. Cela permettrait aux particuliers ayant des ressources limitées d’installer des panneaux photovoltaïques, mais surtout de les aider à financer ainsi leurs travaux d’amélioration énergétique.

6/ Un investissement pour tous par tous: Le GPPEP propose d’imposer l’ouverture au capital des projets de plus de 36 kWc aux habitants de la zone d’implantation. Ce principe permet de répartir les gains vers les populations.

A propos du GPPEP:
Créée en Septembre 2009, l’association GPPEP pour “Groupement des Particuliers Producteurs d’Electricité Photovoltaïque” a pour but premier de représenter et défendre ses adhérents, auprès des instances gouvernementales et des acteurs de la filière photovoltaïque. GPPEP est une association créée par des particuliers ayant des panneaux photovoltaïques, pour des particuliers ayant déjà une installation ou désirant en posséder une.

Source: Communiqué de presse du 10 janvier 2011 du GPPEP

HESPUL fait également les siennes en voici un extrait:r_sum__propositions_hespul

La certitude, c'est une baisse importante des tarifs de rachat.  J'espère que cela ne va pas trop ralentir la marche du photovoltaïque.

René

Posté par René CARACCIOLO à 19:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 décembre 2010

Projet de décret photovoltaïque

ou comment faire pour réduire la vague photovoltaïque.

voici le projet de décret et mon commentaire.

DECRET

Décret n°         du           suspendant l’obligation d’achat de l'électricité produite par certaines installations utilisant l’énergie radiative du soleil

NOR :

Le Premier ministre,

Sur le rapport de la ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement et de la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie ;

Vu la loi n° 2000-108 du 10 février 2000 modifiée relative à la modernisation et au développement du service public de l’électricité, notamment son article 10 ;

Vu le décret n° 2000-1196 du 6 décembre 2000 fixant par catégorie d’installations les limites de puissance des installations pouvant bénéficier de l’obligation d’achat d’électricité ;

Vu le décret n° 2001-410 du 10 mai 2001 relatif aux conditions d'achat de l'électricité produite par des producteurs bénéficiant de l'obligation d'achat ;

Vu l’arrêté du 15 décembre 2009 relatif à la programmation pluriannuelle des investissements de production d’électricité ;

Vu l’avis du Conseil supérieur de l’énergie en date du

DECRETE

Article 1er

L'obligation de conclure un contrat d’achat de l'électricité produite par les installations mentionnées au 3° de l'article 2 du décret du 6 décembre 2000 susvisé est suspendue pour une durée de quatre mois courant à compter de l’entrée en vigueur du présent décret. Aucune nouvelle demande ne peut être déposée durant la période de suspension.

Article 2

Les dispositions de l'article 1er ne s'appliquent pas aux installations de production d'électricité issue de l'énergie radiative du soleil dont la puissance crête est inférieure ou égale à 3 kW.

Article 3

Les dispositions de l'article 1er ne s'appliquent pas aux installations de production d'électricité issue de l'énergie radiative du soleil dont le producteur a versé au gestionnaire de réseau, avant le 2 décembre 2010, un premier acompte en vue de son raccordement au dit réseau.


Article 4

Le bénéfice de l’obligation d’achat au titre des articles 2 et 3 est subordonné à la mise en service de l’installation dans un délai de 18 mois à compter de la date de versement au gestionnaire de réseau d'un premier acompte en vue de son raccordement au dit réseau ou, lorsque ce premier acompte a été versé plus de 15 mois avant la date d'entrée en vigueur du présent décret, à la mise en service de l’installation dans les trois mois suivant cette date.

Article 5

A l'issue de la période de suspension mentionnée à l'article 1er, les demandes en cours d’instruction à la date d’entrée en vigueur du présent décret, à l'exception des celles concernant les installations mentionnées aux articles 2 et 3, devront faire l’objet d’un nouveau dépôt pour bénéficier d'un contrat d'obligation d'achat.

Article 6

La ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement et la ministre de l’économie, des finances et de l’industrie sont chargées, chacune en ce qui la concerne, de l’exécution du présent décret.

Fait à Paris, le

Par le Premier ministre :

Le moins que l'on puisse dire c'est que cela va être difficile de réaliser une installation dans le temps imparti.

Non seulement c'est court mais pour les porteurs de projet ayant versé un acompte sur la PTF depuis 1 an, il ne leur reste plus que 6 mois. Pour les projets qui prévoyaient la construction d'un bâtiment, cela devient impossible. Les frais engagés sont souvent conséquents : qui va les rembourser?

De plus, pendant la période de 4 mois, seuls les projets de moins de 3 KWc vont pouvoir être déposés. Donc tous les petits dossiers, dépassant de quelques KW cette puissance vont être gelés si le client n'a pas payé la PTF. Il va falloir refaire une demande avec certainement un nouveau tarif.

Nous voyons de plus en plus de texte avec effet rétroactif dans le photovoltaïque car les prévisions ont toutes explosées. L'avenir étant incertain, soyez très prudent et ne réaliser aucun projet ayant un temps de retour brut trop long

René

Posté par René CARACCIOLO à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2010

tarif et prix d'une installation phtovoltaïque en baisse

Comme je l'annonçais le 29 décembre 2009 nous assistons à une course poursuite entre le tarif de rachat et le prix d'une installation PV. L'arrêté du 31 Août 2010 fixe les nouveaux tarifs. En résumé, pour les locaux à usage principal d’habitation, le tarif ne change pas, si la puissance crête est inférieure à 3KWc, sinon il passe à 51 cts le KWh.

Pour les installations bénéficiant de la prime d’intégration au bâti et situées sur un bâtiment à usage d’enseignement ou de santé, le tarif applicable à l’énergie active fournie est égal à 51 c€/kWh.

Pour les installations bénéficiant de la prime d’intégration au bâti situées sur d’autres bâtiments, le tarif applicable à l’énergie active fournie est égal à 44 c€/kWh.

Pour les installations bénéficiant de la prime d'intégration simplifiée au bâti, le tarif passe à 37c€/kWh.

Le tarif de rachat baisse donc en moyenne de 12% et il nous faut refaire nos calculs de rentabilité. Ce n'est plus de l'écologie mais de la finance et tant mieux car de plus en plus de gens vont faire du PV et cela je l'espère, sans aide.

Lorsqu'on analyse les prévisions de notre ministère, on remarque qu'il y a un décalage évident avec la réalité.  5500MWc pour 2020 alors que la  file d'attente actuelle est d'environ 4000 MWc. Pour les investisseurs, le photovoltaïque a été un placement exceptionnel. La décision de favoriser les installations inférieures à 3KWc est souvent mal acceptée mais elle a le mérite de permettre au plus grand nombre de bénéficier des aides de l'état.

Pour les installations plus conséquente, la rentabilité est toujours au RV car le prix d'une installation de 36 kWc est en baisse également. Il faut compter 3,5 € du Wc avec du matériel allemand et 3 € avec du matériel chinois.

Je pense sincérement que cela va continuer de baisser car le prix d'une installation en Allemagne est sensiblement plus bas.

René

Posté par René CARACCIOLO à 09:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]

14 mars 2010

Prix d'une installation photovoltaique

Les prix sont en légère baisse. Il faut compter 4 € du Wc, pour une installation d'environ 36 KWc, en matériel allemand et de 3,5 € en matériel chinois. Ceci est un ordre d'idée car plusieurs facteurs influent sur le prix (l'état du bâtiment, la dépose d'une couverture en amiante, l'éloignement par rapport au raccordement etc..).

Le prix n'est pas le seul facteur à prendre en compte lors de l'achat de votre installation. Parfois, il faut payer un peu plus cher, car pour la maintenance, il faut une entreprise sérieuse, proche et disponible.

A ce coût, une installation est amortie en environ 7 ans, sans optimisation fiscale, avec un tarif de rachat à 0.5€.

René

Posté par René CARACCIOLO à 19:35 - Commentaires [4] - Permalien [#]

17 janvier 2010

nouveau décret et rentabilité des installations photovoltaïques

Le nouveau décret a sensiblement modifié le tarif de rachat.

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/Arrete_Conditions_d_achat_electricite_-paruto_le_14.01.2010-_cle7e57eb.pdf

Olab dans pureforum nous résume le texte.

http://photovoltaique.pureforum.net/achat-edf-f12/nouveaux-tarifs-tableau-de-synthese-t14867.htm

Après lecture, voici mes conclusions.

L’agriculteur réalise une installation photovoltaïque sur son habitation, il bénéficie du tarif de rachat à 0,58 euros et dans ce cas, le retour sur investissement sera court. Le texte ministériel stipule que l’installation doit être réalisé sur un bâtiment à "usage principal d'habitation". Dans une grosse bâtisse, on peut avoir une grande partie réservée au logement et le reste qui peut servir pour toutes sortes d'activités. Le décret n'étant pas clair sur ce point, attention avant de s'engager.

A 50 cts, le retour sur investissement sera plus long mais une installation bien orientée sur bâtiment existant est rentable dans la majorité des cas. Attention, il faut que le bâtiment soit fermé sur les quatre côtés et que les panneaux assurent l’étanchéité.

A 42 cts cela va être plus difficile. Il faudra une installation bon marché, un bon ensoleillement et un bon comptable pour avoir un temps de retour assez court. La décision de construire un hangar et de le financer par les revenus du photovoltaïque sera difficile à prendre. En Allemagne, les installateurs proposent des installations à moins de 3 euros du Wc. Je pense que cela viendra en France avant la fin de l'année et dans ce cas les projets vont fleurir. A vos calculs, le fichier ci-dessous peut vous aider.

http://p7.storage.canalblog.com/75/95/525198/48651463.xls

René

Posté par René CARACCIOLO à 11:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 décembre 2009

Nouveau Tarif

Le PV avec un tarif de rachat à 0,6 € était très rentable chez tous ceux qui ont pu investir. Plus pour le particulier en PACA qui avait un temps de retour sur investissement très court que pour le Parisien. Beaucoup d'agriculteurs ont saisi l'opportunité et c’est tant mieux, ils ont parfois construit un hangar mais ce n’est pas le prix du hangar (entre 10 et 20 % de l’ensemble) qui ampute le plus la rentabilité mais bien le prix des panneaux. Nous avons assisté à une baisse de plus de 30 % des modules, les installateurs honnêtes ont répercuté cette baisse mais ce n’est pas une généralité. Le tarif de rachat va baisser et il faudra faire un calcul de rentabilité pour chaque situation. Nous allons assister à une  course poursuite entre prix de l’installation et subventions au tarif de rachat mais cela ne va pas durer car le PV sera très vite rentable sans subventions. Le seul problème en France provient de nos banquiers qui ne connaissent pas assez le domaine et qui ont une peur bleue lorsqu’ils voient les montants en jeu. Actuellement, avec du matériel européen, pour une installation de 100 Kwc nous sommes à 4€ du Wc alors que nous étions à 5,5 il y a un peu plus d’un an donc c’est normal que le tarif de rachat baisse mais il ne faut pas pénaliser les investissements en cours pour ne pas freiner la filière en France. Le nouveau tarif devrait sortir en début d'année 2010, en attendant passer de bonnes fêtes

René

Posté par René CARACCIOLO à 19:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juin 2009

pourquoi l'électrité est-elle rachetée si chère et que se passera t-il dans vingt ans?

Bonjour

Le prix d'achat est effectivement un prix de lancement de la filière et il ne faut pas avoir honte des
revenus engendrés. Si les gouvernements successifs et EDF avaient  travaillés sur le photovoltaïque,
on aurait moins  besoin d'incitations. Mais maintenant, il faut aller vite. Une installation de 100 kWc
vaut environ 400 000euros, elle va produire dans le sud environ 100 000 KWh/an pendant 30 ans soit
3 000 000 KWh donc un prix de revient d’approximativement  14 cts/KWh alors que ce prix était de 19 cts,
il y a tout juste un an. Si la baisse continue, le prix de revient sera de moins de 10 cts l’an prochain.
Les perspectives ne sont plus des utopies mais une réalité à court terme. Les politiques et les industriels
français n’avaient pas anticipés le phénomène et maintenant il faut rattraper le retard.
Cette électricité a beaucoup d’avantage, elle est peu polluante, elle est fabriquée au plus prés des
consommateurs au moment où on en a le plus besoin,  elle demande peu d’entretien. Avec mes malheureux 3 KWc, je participe un peu au lancement de la filière et si je peux réaliser un projet plus important, ce sera avec plaisir et sans aucune honte. J’entends souvent mes compatriotes me dire : « Et dans 20 ans que feras-tu de l’électricité produite si EDF ne te la rachète pas ? ». Franchement, je n’ai jamais entendu dire que les besoins électriques diminuaient et j’espère bien avoir une voiture électrique à recharger.
Cordialement René

Posté par René CARACCIOLO à 11:43 - Commentaires [7] - Permalien [#]

30 décembre 2008

Pourquoi construire un hangar neuf ...

... au lieu de remanier un hangar existant ?

La question revient souvent, voici notre réponse.

Notre société implante des hangars agricoles de plus de 600m² avec couverture photovoltaïque. Nous ne souhaitons pas faire de la pose sur hangar existant car:

-le surcoût d'un hangar (moins de 10% de l'ensemble) est souvent compensé par une meilleure rentabilité avec un hangar correctement orienté.

-poser des panneaux qui valent plusieurs centaines de milliers d'euros sur une ossature existante nous oblige, pour l'assurance, à faire appel à un bureau d' étude pour valider l'ensemble bâtiment  et couverture.

-il nous faut faire une étude pour déterminer le nombre de panneaux et d'onduleurs. Cette étude à un coût que l'agriculteur ne veut pas prendre en charge avant de prendre sa décision.

-la pose est beaucoup plus rapide pour un standard défini à l'avance.

-l'agriculteur a souvent besoin d'un bâtiment supplémentaire pour son activité.

-nous connaissons nos structures et sommes donc capable d'intervenir rapidement (onduleurs en stock).

Posté par René CARACCIOLO à 20:35 - ACCUEIL - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 décembre 2008

Suite et fin

Quelques systèmes d'intégration

sur charpente métallique

integr_6 integr_6_bis

integration bac acier

Posté par René CARACCIOLO à 08:04 - MATERIEL - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vu à Energaïa

Quelque images prises au Salon des Energies Renouvelables
à Montpellier la semaine dernière.

Silicium amorphe souple à coller, ou sur tôle.

amorphe_souple

amorphe_souple_coll_2 amorphe_souple_Coll__4

amorphe grande largeur amorphe souple

amorphe_souple_sur_tole

Posté par René CARACCIOLO à 08:00 - MATERIEL - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 décembre 2008

Rentabilité d'un hangar

Je remets en ligne la feuille de calcul sur la rentabilité espérée d'un hangar photovoltaïque.
Une  formule plus exacte est appliquée pour le calcul de l'impôt.
Les explications sont, je l'espère, plus claires.

Voir et charger  la feuille de calcul format xls_

Voir et charger  la feuille de calcul format ods

Posté par René CARACCIOLO à 12:04 - RENTABILITE - Commentaires [0] - Permalien [#]

La bulle photovoltaïque

Les sociétés qui vendent de grandes installations photovoltaïques ou bien qui louent des toitures sont maintenant légion. Et elles vendent à tour de bras. Tant mieux ?

Bien souvent, ça s'arrête là. Elles n'ont personne pour poser les panneaux. Les poseurs sont excessivement rares tout simplement parce qu'en France, le savoir-faire n'existe pas encore. On a vu des équipes allemandes poser selon les normes ...allemandes. On voit surtout du papier.

Au salon des énergies renouvelables de Montpellier qui a lieu en ce moment, j'ai noté la présence d'un certain nombre de ces entreprises. Video à l'appui, on voit de superbes hangars ainsi que des ombrières. Merci aux images de synthèse : je n'ai pas vu beaucoup de vraies photos, mais bien des montages, assez soignés pour faire croire à de vraies photos de vrais bâtiments.

Quand et comment cela va-t-il se débloquer ? Le marché représente beaucoup d'emplois, mais la main-d'oeuvre qualifiée manque.  Il convient d'être vigilant.

Posté par René CARACCIOLO à 11:23 - L'OFFRE - Commentaires [1] - Permalien [#]

29 novembre 2008

Mon hangar sera-t-il rentable ?

Edit : A tous ceux qui n'ont pas pu modifier certaines cellules : elles sont maintenant déverrouillées.  :-#

Voici un fichier qui vous aidera, j'espère, dans votre prise de décision si vous désirez investir dans une grosse installation photovoltaîque.

René

Voir la feuille de calcul xls : rendement d'un hangar

Posté par René CARACCIOLO à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2008

Arnaque

Histoire vraie.
Une société toulousaine, d'à peine un an, spécialisée dans le photovoltaïque notamment agricole, démarrant de manière ronflante, se recommandant comme filiale d'EDF (??), offre un pont d'or à un pauvre demandeur d'emploi :
Il suffit qu'il se constitue en société, travaille en exclusivité, trouve des clients, suive l'affaire, se déplace 4 ou 5 fois. Il touchera sa commission au bout de 10 mois ! Et quelle commission ! 1€ par m²... 25€ dans 10 mois pour vendre et suivre un truc qui vaut 1000 fois plus. L'homme a besoin de 50 000€ de trésorerie pour tenir jusque là.
D'autre part, si les promesses orales sont nombreuses, le contrat écrit ne les stipule pas et contient des clauses non réglementaires.
Lorsqu'il demande à voir les nombreux commerciaux, les camions chargés de panneaux, brusquement, on passe à autre chose...
L'arnaque est si grosse qu'on se demande comment on peut tomber dedans, mais ça arrive (sinon, pourquoi le proposer ? )
Pour le moment, je ne sais pas si la société en question est sérieuse avec ses clients, mais je finirai par le savoir.

L'explosion actuelle du photovoltaïque attire les requins et les gougnaffiers en tous genres.

Demandeurs d'emploi, soyez vigilants.

Futurs acheteurs, ouvrez l'oeil !

Posté par René CARACCIOLO à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2008

Futurs nouveaux tarifs de rachat

Du nouveau pour les bâtiments professionnels.
Annonce du ministre à lire sur Hespul ici.

En bref, le tarif de rachat intégré est maintenu pour les dossiers en cours jusque fin 2010.
Ensuite, jusqu'en 2012 au moins, le tarif de rachat sera de 45c€ en intégré.
La notion d'intégré sera simplifiée.

Posté par René CARACCIOLO à 21:20 - VENTE DE L'ELECTRICITE - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 novembre 2008

taxes et impôts pour un revenu photovoltaïque agricole

Avant de s'engager, il vaut mieux prendre contact avec un spécialiste juridique dans le domaine du photovoltaïque. En tant que futurs producteurs d'électricité et en tant qu'installateurs, nous avons pris contact avec le CER le plus proche pour faire un premier tour des questions fiscales. Il en existe dans tous les départements, veillez à demander un spécialiste photovoltaïque.

René

Posté par René CARACCIOLO à 18:17 - FISCALITE - Commentaires [2] - Permalien [#]

04 novembre 2008

"Potentiellement catastrophique"

Le Centre d'Economie Rurale du Midi alerte les agriculteurs au sujet de la fiscalité liée à la location des toitures photovoltaïques.
Il juge "le cas des toitures photovoltaïques payées par un tiers comme potentiellement catastrophique".

A lire absolument : l'article,  
                          l'analyse,
                          l'étude technique et financière.

[Le problème : la location d'un toit photovoltaïque se fait généralement sous  deux formes:

  • paiement annuel ou autre pendant toute la durée du bail (généralement 20 ans)
  • paiement en une seule fois au début du bail.

Dans les  deux cas, l'agriculteur récupère le hangar photovoltaïque à la fin du bail.

Problème :
l'apport de ce hangar entrera dans sa comptabilité,
tout comme le paiement en une seule fois au début du bail.
De tels mouvements engendrent des prélèvements fiscaux énormes.]

Posté par René CARACCIOLO à 16:55 - FISCALITE - Commentaires [6] - Permalien [#]